vendredi 19 décembre 2014

Envie d’un beau pinot noir pour Noël ? D’accord, mais un alsacien ou un bourguignon ?

Depuis quelques années j’ai appris à aimer les beaux pinots noirs, ce cépage, qui, s’il a pris toute sa grandeur et ses lettres de noblesses en terre de Bourgogne, se plait de plus en plus en Alsace. Grâce à une volonté farouche de rattraper le retard, grâce à un subtil mélange d’humilité et de volonté de se dépasser, on trouve dans notre région de superbes bouteilles qui rivalisent sans aucun doute avec ces cousines bourguignonnes, surtout si on reste dans la même gamme de tarif.


En ces fêtes de fin d’année, pour accompagner vos envies d’un Noël épicurien, je pense et vais revenir sur ceux que j’ai dégustés et commentés sur le Blog d’Epicure ces dernières années, ce qui ne représente malheureusement, soyez-en certain, qu’un tout petit pourcentage de ce que j’ai bu de beau ces dix dernières années.  

Je repense particulièrement à cette « Harmonie » 2007 du (de mieux en mieux) côté Domaine Valentin Zusselin, que j’ai dégustée ainsi en 2011.
« Quelques touches fauves viennent troubler le jus néanmoins, et le nez en est aussi marqué, mais ce sont bien les émanations pinoteuses qui se développent ensuite. Avec de la cerise légère, qui s’échappe du verre, suivi de groseille et d’un soupçon de poivre blanc.
La bouche est tonique, et bien marquée par le cépage et la région. Il y a de la délicatesse, pas énormément de matière, et un final élégant.»


Je souhaite revenir aussi sur la chouchoute de bien des amateurs alsaciens comme mondiaux, que je ne citerai plus ici, sinon vous allez croire que j’en fais une fixette, mais son Strangenberg 2009 est une superbe promesse de ce qui peut se faire de bien chez nous.
« Le lendemain, on a eu la chance de revoir un message bien plus clair. La robe est framboise, avec des reflets tirant sur le roux. Au nez, il prend des accents de grenade et d’encre de qualité, tout en conservant assez de fruit rouge pour entretenir un grand plaisir. En bouche, il est plus intègre, beaucoup mieux que la veille, avec une finale à l’équilibre entre persistance et évanescence….signe des pinots noirs remarquables. »




Mais le plus gros potentiel de grandeur en mode pinot noir alsacien est sans doute à chercher dans la large gamme du Domaine Albert Mann et chez son vinificateur au palais vraiment impressionnant de justesse, Jacky Barthelmé. En 2010, son Grand H2006 se goûtait ainsi :
« Dès le début, on découvre un nez très chaud, sur la framboise, la bouche attaque finement et prend de l’ampleur en finale, sur une idée de bois précieux. Puis assez vite le nez se précise en framboise, en café, la bouche reste vive malgré une belle pesanteur.
Au bout d’un petit temps, le nez du vin se décline sur l’ardoise, l’ébène, la fumée de Havane, la bouche réussit le tour de force d’être agréablement sèche tout en gardant son caractère trempé et une jolie tenue.
Quelques heures plus tard et malgré un repas riche en saveurs, il conserve sa présence olfactive, on a bien l’impression qu’il gagne même en puissance, c’est définitivement un vin masculin. Il finit sa course sur des notes de purée de fraise, poivre, cannelle, santal…bref voici encore un vin à promesse qui pousse sur ce Grand Cru Hengst. »


Depuis, j’ai eu la joie de plonger mes papilles dans quantités de grands vins d’Alsace de ce joli domaine, surtout sur les millésimes 2009 et plus encore sur 2012. Bien sûr, ils ne sont pas les seuls et je me rappelle de beautés différentes signées Paul Blanck ou René Muré, entre autres.

Pourtant il est vrai que les modèles, les étalons, on les cherche encore très souvent en Bourgogne, quand il y en a encore à vendre et quand nos budgets nous le permettent.
Mais certains grands vendeurs ont toujours des bouteilles disponibles et, marché et qualité oblige, les vendent encore à un tarif digérable, comme ce Clos des Langres 2004 bu en 2011 et commenté ainsi :
« Au nez, c'est étoffé, sur un peu plus de dureté que les évidences du Pinot Noir, et en bouche l'entrée est gourmande, avant de devenir rapidement intense et fraîche en milieu de bouche, avec un final plus tendre à l'ouverture, plus fougueux une heure plus tard. Ça décline quelques notes d'ardoise chaude, d'épices douces et de myrtille... »



Vous connaissez désormais tous ma soif de mieux, vous savez que j’aime voir plus haut, plus loin et boire le meilleur possible, je suis allé chercher les vins de domaines plus célèbres. C’est pour cela que j’ai bu et chroniqué, il y a un an et demi, la Vieilles Vignes 2006 en Gevrey Chambertin du Domaine Charlopin.
Voici mes impressions : « Une fois installé, on remarque sa robe changeante, assez soutenue au cœur, avec même un peu de tuilé au cercle pendant quelques heures. Le nez, lui, évoque une touche persane qui lui donne du maintien, une certaine classe et se renforce sur l’extrait de dix fruits rouges au moins. Elle est franchement impeccable de justesse.La bouche se fait sans cesse plus belle, vivante, fluide et gracile. Au bout d’un temps la puissance se renforce également, évoquant un « goutte à goutte » de framboise et d’épice fine et douce. »


Mais le chemin est long jusqu’au sommet, et il faut trouver quelques refuges, comme ce début de gamme de Denis Mortet, sur ce même millésime moyen qu’est 2006 et toujours sur un Gevrey village, que j’ai goûté ainsi il y a quelques semaines :
« Au bout d’une heure, cette bouche se ramasse et devient plus homogène, et révèle sa classe folle, malgré son gros caractère. Le vin prend du corps au bout de 3 heures et devient très gelée cassis-framboises-clou de girofle. Au nez, il passe sur le cassis-mélisse, avec des fragrances d’huile de noix, tendues par des notes de géranium. A l’œil, il reste sombre, mais un peu de lumière s’échappe de son cœur. »



 Une fois passé par toutes ces étapes, après avoir cheminé dans votre goût, si vous vous trouvez au bon endroit, au bon moment, vous pourrez peut-être rencontrer un génie, ou même trois, mais rassurez-vous, si vous n’êtes pas arrivés jusque-là, vous pouvez en rêver, cela nourrit son homme également….en tout cas moi cela me nourrit depuis ma plus folle adolescence.
Alors, peut-être, vous entrapercevrez le Domaine de la DRC (Romanée Conti), et éberlué, avant de prendre la claque de votre vie sur La Tâche 99, vous vous échaufferez les papilles et l’esprit sur l’Echezeaux 2006, « la perfection des fragrances s’échappant de ce verre vaut bien tous les cours et discours magistraux au monde. Sa robe était diaphane et vaporeuse, son nez direct et pourtant si délicat ; la gelée de groseille et les épices chaudes et douces se présentent en bouche, avec une précision de nanotechnologie, pourtant principalement et naturellement apportées par une extrême connaissance et maîtrise du terroir. Des notes de roses fraîches ressortent d’un nez digne de celui de Cléopâtre, et la bouche se poursuit, doucement, comme une gangue de velours. »



Parti de l’Alsace pour finir sur le toit du Monde, le pinot noir est un concours de subtilités, qui, réchauffement climatique oblige, sera sans doute toujours le plus grand cépage à grand rouge du Monde. Alors pourquoi s’en priver pour arroser ses convives et les volailles grasses qui orneront nos tables en cette fin d’année.  

mercredi 17 décembre 2014

Brasserie Thoumieux, la grande « petite gastronomie » d’aujourd’hui !


Aujourd’hui, en 2014-2015, les tables gastronomiques font 25 couverts par repas et ont une « petite » table qui en fait 100, tourne trois fois par service et envoie de la petite gastronomie d’aujourd’hui ! C’est le cas, depuis quelques temps déjà, chez Jean-François Piège et Thierry Costes, et votre serviteur se devait de s’y rendre.


jeudi 4 décembre 2014

Ma collecte de fonds, notre vidéo dédiée au GC Zinnkoepflé: 102% de réussite ! Merci !!

Il y a presque 2 ans que je cherche à faire rayonner les terroirs les plus intéressants d'Alsace, ma région de prédilection par la vidéo ; il y a presque 5 mois, Fundovino venait vers moi pour me présenter leur plate-forme de financement participatif dédiée au monde du vin et me proposer de participer à l’aventure.

Aujourd’hui, 72 jours (sur 75) plus tard, ma collecte de fonds est une réussite, ayant atteint 102% de mon objectif. GRÂCE A VOUS,  mon projet de vidéo sur le Grand Cru Zinnkoepflé peut démarrer sereinement…il n’y a qu’une chose à dire, et sincèrement en plus : MERCI !!!



mardi 2 décembre 2014

Menu-Chasse complet, étoilé et à votre portée, signé JP Jeunet !

Il y a 10 ans, les plats de chasse m’incommodaient pour diverses raisons, dont la principale était que je n’en avais pas le goût ; depuis j’ai cheminé sur ma route personnelle et j’ai élargi ma palette de saveurs. Aujourd’hui, je peux faire près de trois heures de route pour un dîner dédié, qui plus est s’il est signé Jean-Paul Jeunet.


vendredi 28 novembre 2014

Pinot Noir Strangenberg 2009, Domaine Agathe Bursin, à boire très vite ou faire preuve de patience.

Je poursuis ma quête du beau pinot, noir, d’Alsace si possible, et le chemin me mène vers cette petite pépite aux multiples facettes, signée AgatheB, sur un millésime plein, toujours bien élevé sur la trame et en fût Ramonet.



mercredi 19 novembre 2014

Mini brunch et maxi déjeuner léger, entre deux grands magasins parisiens.

Même complètement tourneboulés par toutes les tentations du Bon Marché ou bouleversés par la foule qui tourbillonne autour des Galeries Printanières ou Lafayette, on a faim, et on a surtout envie de se planquer et d’échapper au troupeau….et moi, j’ai des bonnes adresses pour ça.



mercredi 12 novembre 2014

Auberge Frankenbourg : quelques plats pour les amateurs de créativité gastronomique

Quand on va se faire plaisir au restaurant, qui plus est dans un étoilé, ce n’est pas pour manger ce que l’on pourrait se faire à la maison, cela va de soi, mais certains semblent l’oublier. Pas sur les hauteurs de Sélestat, pas à La Vancelle, ou les frères Buecher, sourires en coin, n’ont pas fini de nous en faire voir de toutes les couleurs. Cet automne, une fois encore (l’an dernier je vous parlais de ma dernière formule jeune ICI), ils m’ont surpris par leur créativité.  



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...