Suivez le guide...

mardi 17 septembre 2013

Pour se mettre en bouche…3 vins du Grand Cru Schlossberg et du Domaine Paul Blanck

C’est l’un des domaines les plus sérieux sur ce terroir (et sur d’autres), et c’est l’un des deux illustres alsaciens à nous avoir réellement accompagnés dans notre dernière création, qui vous sera bientôt révélées ici même et bien ailleurs...à suivre !

Lors de ces journées heureuses et studieuses, nous avons eu le plaisir de nous plonger cœur et âme dans trois vins de ce même grand cru et de ce même domaine, trois vins sélectionnés avec soin et envie, sur plus de trois décennies, pour finir de nous éclairer et de vous mettre en appétit...


video






Riesling GC Schlossberg 2010 P.Blanck

Ce millésime assez froid, avec une belle arrière-saison sèche nous livre un vin à la belle persistance et à la jolie vibration, il développe des notes végétales agréables au premier nez et de l’essence d’agrumes ensuite, sans se fixer sur l’un ou l’autre. La bouche vibre,  sur les fruits blancs, l’iode, la pureté, le souffle.
Quelques temps ensuite, on trouve toujours cette idée végétale, sur des notes d’angélique pas oppressante, une bouche toujours aussi puissante et une finale douce sur des notes d’orgeat.


Riesling GC Schlossberg 1994 P.Blanck

Encore une année froide, avec un très bel automne, assez chaud, qui porte un vin avec une belle évolution marquée par une idée de cire au nez.
La bouche est bien nette malgré cela, claire dans son propos, sur un panier de fruits jaunes, tendrement miellée tout d’abord, et en extrapolant, sur l’évocation d’un paysage d’automne.
A l’aération et après quelques dizaines de minutes, le nez et la bouche se précisent sur l’orange, avec la pulpe fraîche au nez et le zeste confit en bouche.


Riesling GC Schlossberg 1985 P.Blanck

Vin d’un millésime chaud et sec, n’ayant développé aucun botrytis, il est d’une précision folle et relativement jeune pour ses presque 30 ans.
Au nez on ressent très précisément cette notion fort agréable de fleur séchée et persistante, la première bouche se fait presque détendue, tout en gardant une précision dans son propos.

Avec l’aération, le vin retrouve toute sa puissance et sa superbe de l’ouverture. Il y a une touche de tabac blond au nez et de levain en bouche qui apporte de la douceur et une petite touche de noble amertume en finale. 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...