Suivez le guide...

mercredi 9 février 2011

Un déjeuner arrêt'au'stand: Restaurant LA MARELLE à Peronnas

Sur la route des vacances ou en retour de déplacement, il est de toute urgence de s’arrêter deux heures toutes les deux heures de route, voici mon conseil épicurien et routier du jour.
Et plus encore quand on trouve des adresses de cet acabit.

Celle-ci, je la surveille de (trop) loin depuis au moins 2 ans, il faut dire qu’avec un site internet aussi agréable, mais surtout une carte aussi tentante (enfin des propositions qui change, allez voir), il n’en fallait pas beaucoup plus pour me tenter.
Il ne me restait plus qu’à vérifier mes pressentiments-gourmands, c’est désormais chose faite et je suis sûr que ce n’est pas mon dernier arrêt au stand à Peronnas.


On nous accueille donc simplement et nous installe dans une petite salle élégante, à taille humaine, à la décoration et à la vue pas envahissante, parfait pour laisser esprit et papilles se reposer et se concentrer.

Car a peine sortis de quelques heures de voiture, il est de bon ton de commencer doucement, et ces chips de pomme au curry nous mette en bouche et en confiance.
Arrive ensuite rapidement le jeune (et bon) maître d’hôtel pour nous décliner le menu-déjeuner du jour (29€).

A déjeuner le Jeudi 27 Janvier…
L’œuf de ferme, cabillaud, pulpe d’aubergines, tartines « plein sud » et crevette grises
-
L’Echine de porc « Caïon » au jus soja-mélasse, riz au lait, champignons, poireaux.
-
La golden à l’alcool de litchi, crème frissonnée, sorbet orange-safran
.

Avant l’arrivée de l’entrée on nous envoi encore deux piques améliorées , l’une de saumon, l’autre de magret de canard.


Puis ça commence vraiment avec cet œuf, juste frit ce qu’il faut pour le rendre intéressant, posé sur ce caviar d’aubergine d’une couleur inhabituelle et pourtant très marqué. On sent déjà qu’on est chez un cuisinier car il ne ressemble à aucun autre que j’ai mangé.
Sur ce simple caviar, est posé quelques lichettes de cabillaud, qui s’amuse de l’œuf coulant-croutant. Avec ça on suçote les crevettes grises qui nous ramènent le salin et on tape dans une tartine-fine à nouveau très concentré.
Du sud punchy, avec un ultra-concentré de tomate et un pistou plus doux. Bref une entrée qui part un peu partout mais qui touche au but, bonne et dans son équilibre et dans son côté ludique.




La viande est dans la même veine, gourmande, marrante, asiat-mais-pas-trop avec son jus lourd de sens et de goût, ou le soja titille à peine la mélasse qui emprisonne le jus de viande.
Avec un jus comme ça on en mangerai bien un deuxième morceaux de ce cochon mariné, pris dans l’échine, un morceaux que j’apprécie chaque fois un peu plus (ahhhh ce souvenir d’une échine de T.Schwartz à Obernai en 2009).
Le riz-au-lait-sotto est en place, plus crémeux que croquant, toujours aussi gourmand. Les portions sont juste bonnes, et pourtant nous étions deux solides fourchettes à table. Mais cela semble justement calculé pour pouvoir reprendre la route ou le travail ensuite, sans perdre de vue le sain plaisir de gourmandise.



Arrivé là on comprend mieux pourquoi la salle est pleine, et ceux malgré que l’on se trouve dans une banlieue pas folichonne de Bourg-en-Bresse. Et on est sûr qu’on reviendra tenter ses volaille de Bresse, ces St Jacques (l’année prochaine, car ici on cuisine vraiment de saison) et, si l’envie nous en dit, pourquoi pas toute sa carte !!


Vous avez compris, je suis ravi d’avoir scruté cette adresse, et encore plus heureux qu’elle se trouve pile à côté de l’autoroute qui me ramène en Alsace. Et ce n’est pas ce simple dessert, avec son maelström de pomme’licthi, ses speculoos pour le croquant (sans l’annoncer, ce qui fait du bien après ces OD de speculoos sur toutes les cartes de France et de Navarre) , surmonté d’une crème étrange plus qu’épaisse et cette glace pleine de caractère, à fond dans le safran.

Après ça on reprend la route bien plus léger étrangement, car rassasié de bonnes choses, détendu du gosier, et enchanté d’avoir franchis le pas.
Il ne reste plus qu’à se laisser glisser sur l’asphalte jusqu’au prochain rencard et attendre qu’une nouvelle bonne excuse nous ramène par ici.

3 commentaires:

Bobosse92 a dit…

Peronnas accueille sur son territoire un Gîte de France très agréable pour les amoureux du calme et de la nature

http://www.gites-de-france.com/location-vacances-peronnas-gite,gites01_b2011@1@G289001@G.html

Bruno

Antoine MANTZER a dit…

Merci Bruno, justement je me demandai s'il y avait moyen de dormir pas loin au cas où j'avais envie de me faire cette Marelle dans les grandes largeurs.

Vous y êtes déjà allez au fait ?

Bobosse92 a dit…

Bonjour Antoine

Je garde un très bon souvenir de deux semaines de vacances dans ce gîte de Peronnas. Des propriétaires charmants, gîte confortable (pour 4 ou 5), bien équipé, le calme et de belles balades près des étangs.
Bugey, Revermont, bresse, Dombes et, un peu plus loin, Beaujolais sont à portée de main.

Je le recommande

Bruno

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...